g a l e r i e  n o m a d e  &  é d i t i o n s  d' a r t

Souscription - Miroir, oh mon miroir

sortie automne 2021

Le livre seul à 15€ en souscription
(prix de vente public 20€)
Collection Irrévérencieuse
35 autoportraits intimes
Préface Paul-Armand Gette et textes de 16 auteurs...
Format 15 x 21 cm • 64 pages • souple

 

15,00 €

En souscrivant maintenant, vous contribuez à l'édition du livre de Cristina Essellebée
> Choisissez votre option dans le menu déroulant ci-dessus, validez la quantité puis cliquez sur "Ajouter au panier".
> Renouvelez l'action si vous choisissez plusieurs options : par exemple 1/ Le livre seul + 4/ Expédition
> Retrouvez votre panier dans le menu Boutique en haut de page pour finaliser la souscription.
> Paiement possible par carte bancaire, sécurisé par Paypal.
> Règlement par chèque Barb'Art, par chèque ou virement bancaire : suivre les indications en validant votre panier.
> Vous pouvez Consulter/Imprimer/Télécharger le bulletin de souscription au format PDF en cliquant ICI

« Un jour, dit-elle, au détour des ablutions quotidiennes, je l’ai vu ! Bouton, pomme (de douche) ont réfléchi l’image de mon corps, l’existence de mon corps. Corps réel, corps fantasmé, corps vibrant ». Clins d’oeil à Marcel Duchamp*, les photographies de Cristina Essellebée posent la question du regard et du désir. L’image du désir qui un jour a fait irruption dans l’espace public du métro, avec les cuisses des dames offertes à son regard..., puis dans l’espace privé de sa salle de bain..., puis dans l’espace clos des toilettes, dans cet endroit où « tous les rois et les reines vont à pied ».
SLB a alors décidé de photographier avec son smartphone les objets qui « réfléchissent » tels la chasse d’eau, la pomme de douche, la bonde de la baignoire. Autant d’objets qui lui renvoient des images de son corps. Ce qui est donné à voir devient alors intime, voire interdit.
« A l’intimité des lieux consacrés à la toilette Cristina Essellebée ajoute le regard narcissique que le chrome lui renvoie. C’est cela qu’elle nous montre, nous tenant à distance de la nudité du corps avant l’ablution. Ces reflets, proches de l’anamorphose, sont à inscrire dans l’espace de la pudeur qu’elle oublie un peu en présentant sa culotte sur l’écran d’un rideau ! » Paul-Armand Gette.
* Le fameux « Fontaine » et sa dernière oeuvre : « Etant donnés : 1° la chute d’eau, 2° le gaz d’éclairage »